Article sur l’exercice aérobie dans la maladie de Parkinson

Une étude récemment publiée évalue l’efficacité d’exercices en aérobie (exercice d’endurance d’intensité modérée à soutenue) sur les symptômes moteurs des patients atteints de maladie de Parkinson d’une sévérité moyenne et avec un traitement médicamenteux anti parkinsonien.

Ils ont comparé des patients qui pratiquaient du vélo d’appartement pendant 30 à 45 minutes, au moins 3 fois/semaine, avec une intensité déterminée par le cardiologue (50% à 70% de leur capacité maximum)  avec des patients qui réalisaient uniquement des étirements, assouplissements, et exercices de relaxation pendant 6 mois.

Cette étude montre qu’il vaut mieux pratiquer une activité physique aérobie régulière car elle améliore les symptômes moteurs et les capacités cardio-vasculaires plutôt que de faire simplement des étirements et de la relaxation dans la maladie de Parkinson.

Les médicaments génériques dans la maladie de Parkinson : ce qui change en 2020

Depuis le 1er janvier 2020, les modalités de prise en charge de certains médicaments ont changé pour favoriser l’usage des génériques.

Au sein des traitements antiparkinsoniens, le patient peut conserver le médicament princeps dans 2 situations :

  • En cas de contre-indication formelle et démontrée (CIF)  à un excipient à effet notoire présent dans le médicament générique disponible.
    Le prescripteur devra alors ajouter la mention « non substituable » et justifier sa décision médicale.
  • Si le patient préfère conserver le médicament princeps, il paiera intégralement le médicament (pas de tiers-payant) et devra envoyer une feuille de soins à sa caisse pour être remboursé sur la base du prix de la version générique la plus chère du moment. La différence de prix restera à sa charge.

En cas de doute, parlez-en à votre pharmacien.

https://www.ameli.fr/assure/actualites/medicaments-generiques-de-nouvelles-regles-depuis-le-1er-janvier-2020