Les essais thérapeutiques

Le Centre Expert Parkinson (CEP) participe à la recherche clinique au niveau national et international dans le domaine de la maladie de Parkinson pour mieux la comprendre ou mieux la traiter.

La recherche clinique a pour but d’évaluer une éventuelle efficacité de médicaments innovants. Elle donne ainsi la possibilité aux patients atteints de maladie de Parkinson d’avoir accès à des thérapeutiques qui ne sont pas encore commercialisées.

Le CEP travaille en étroite collaboration avec le Centre Investigation Clinique spécialisé dans la recherche clinique. Votre neurologue référent pourra vous proposer une étude en fonction de vos symptômes.

Etude APOCROSS

Les patients atteints de la maladie de Parkinson qui ont des blocages soudains peuvent utiliser le stylo d’apomorphine. Ce traitement agit très rapidement mais nécessite une injection sous-cutanée.

L’objectif de cette étude est d’évaluer une nouvelle forme d’administration d’apomorphine : la forme sublinguale (qui fond sous la langue). Dans cet essai clinique nous comparerons l’efficacité des deux formes d’administration. Pour pouvoir participer à cette étude, il faut que vous preniez au moins quatre prises de lévodopa par jour et que vous ayez deux heures de ralentissement par jour.

Lors de la première partie de l’étude vous allez prendre une des deux formes du médicament (sous-cutanée ou sublinguale) et lors de la deuxième partie vous prendrez l’autre forme. Vous aurez donc les deux formes d’administration au cours de l’étude.

A la fin de cette étude, vous aurez la possibilité de conserver le traitement par apomorphine en forme sublinguale si vous constatez une amélioration de vos symptômes durant votre participation.

Etude NEURODERM :

La maladie de Parkinson peut entrainer des blocages qui peuvent être invalidants. Une pompe apomorphine est disponible pour ce type de symptôme mais peut entraîner des effets indésirables.

Actuellement, la lévodopa est le traitement de référence mais est seulement disponible par voie orale.

Cette étude se propose d’évaluer l’efficacité, la tolérance et la sécurité d’emploi de la lévodopa en perfusion sous-cutanée en continu, grâce à une pompe.

Pour pouvoir participer à cette étude, il faut que vous ayez de la lévodopa dans votre traitement antiparkinsonien habituel ainsi que deux heures et demie de ralentissement par jour.

A la fin de cette étude, vous aurez la possibilité de conserver le traitement par pompe si vous constatez une amélioration de vos symptômes durant votre participation.

Etude sur les douleurs

La maladie de Parkinson peut entrainer des douleurs qui peuvent être sévères et invalidantes. Ces douleurs sont difficiles à prendre en charge.

  • Etude ZAMBON

Le safinamide est un traitement anti parkinsonien commercialisé mais non remboursé en France qui a déjà prouvé son efficacité sur les blocages moteurs. Mais ce médicament peut également améliorer les douleurs liées à la maladie de Parkinson.

Si vous souhaitez participer à cette étude, vous serez tiré au sort pour recevoir soit le safinamide soit le placebo en plus de vos traitements parkinsoniens habituels.

Pour pouvoir y participer, il faut présenter des douleurs chroniques c’est-à-dire qu’elles soient présentes depuis au moins trois mois, ainsi que des blocages moteurs au moins deux heures par jour.  

Etude RIVA PSP

La paralysie supra nucléaire progressive est une maladie neurodégénérative rare. Il s’agit d’un syndrome parkinsonien atypique qui occasionne des chutes.

Actuellement, une étude est en cours au CHU de Toulouse qui vise à évaluer la rivastigmine, un médicament déjà commercialisé en France pour une autre pathologie, qui pourrait diminuer le nombre de chutes.

Pour pouvoir participer à cette étude, il faut que vous puissiez marcher seul ou avec une canne, que vous soyez accompagné d’un aidant disponible pour les visites, et que vous chutiez au moins deux fois par semaine.